dimanche 17 novembre 2013

Photo de la semaine (41)




Grande Place des Terreaux à Lyon : 
Magnifique fontaine (clin d'oeil à la fontaine de Trévise de Rome ?)

A  propos du cheval, un seigneur, compagnon aimé et respecté de l'homme (mais pas toujours ...) :
Extrait du livre "Chevaux" de Yann Arthus-Bertrand et Jean-Louis Gouraud

"L'Eurasie, berceau du cheval

Si le cheval a un berceau, et sa domestication une patrie, c'est en Eurasie qu'ils se trouvent. Les immensités steppiques, qui vont, grosso modo, de la Mongolie à la Hongrie, ont vu, en effet, le petit équidé préhistorique devenir le cheval tel qu'on le connaît aujourd'hui. Et même si nul ne sait avec précision ni quand (voici quatre mille ans ? cinq mille ans ?), ni comment l'homme est enfin parvenu à soumettre le bel animal, il est (presque) certain que cet événement considérable a eu lieu dans la région : au nord de la mer Noire, probablement dans l'actuelle Ukraine.

Bien qu'elle soit encombrée de mille légendes (et c'est tant mieux, car le cheval est, en effet, un animal fabuleux), l'histoire des équidés commence tout de même par quelques certitudes scientifiques. On ignore s'il y avait des chevaux au paradis terrestre, s'il y avait des chevaux dans l'arche de Noé - la Bible ne le précise pas -, mais on sait que l'origine de l'espèce remonte à des temps très anciens : soixante-dix millions d'années (environ).
Le cheval n'était alors, affirment les paléontologistes, qu'une bestiole pas plus grande qu'un chien, qui gambadait en Amérique, à laquelle on a donné le joli nom de eohippus : «le cheval de l'aurore». Un beau jour, voici trois à quatre millions d'années, ce petit cheval de l'aube des temps cessa, allez savoir pourquoi, de se plaire sur le continent américain. Il émigra vers l'ouest, franchit l'isthme devenu, beaucoup plus tard, le détroit de Bering, et pénétra sur un vaste territoire qui lui convint si bien qu'il décida d'y rester. Dans ces immensités eurasiatiques, il se mit à prospérer, à prendre de la taille -jusqu'à devenir equus, le cheval tel que nous le connaissons aujourd'hui - et, de là, à conquérir le monde. Sa présence dans nos contrées est avérée dès le paléolithique supérieur : les superbes fresques découvertes récemment (1995) dans la grotte Chauvet datent de trente mille ans. Elles repré­sentent des animaux qui ressemblent, de façon troublante, aux petits chevaux sauvages que Nicolaï Mikhaïlovitch Prjewalski aperçut, au cours de son troisième voyage en Asie centrale (1879-1880), sur «les terrains les plus rudes du désert de Djoungarie», région mongole (actuellement en territoire chinois) située entre l'Altaï et le Tien Chan.
Appelé takhi par les Mongols, et kertag par leurs voisins Kirghizes, ce lointain descendant du cheval préhistorique est aujourd'hui connu sous le nom de son découvreur, le cheval-de-prjewalski. Les spécimens que l'on peut, de nos jours, contempler dans la plupart des parcs zoologiques du monde, sont nés et ont été élevés en captivité. Même si les tentatives de remise en liberté, en Mongolie, mais aussi en Europe, finissent un jour par donner un résultat, jamais plus on ne pourra en parler comme de chevaux véritablement sauvages : les derniers takhis et les derniers tarpans (leurs cousins d'Europe) vivant hors toute intervention humaine ont disparu au début du XXe siècle.

En Mongolie, la principale qualité recherchée chez un cheval est son endurance. Aussi la sélection se fait-elle par des courses souvent très éprouvantes (jusqu'à 40 km de distance), dont les plus spectaculaires sont courues chaque année en juillet, à l'occasion d'une fête traditionnelle, un naadam, devenue fête nationale. Afin de pouvoir juger les capacités du cheval, plus que l'habileté du cavalier, seuls des enfants, parfois très jeunes, garçons ou filles, tiennent le rôle du jockey."

En cliquant sur ce lien : tous les autres participants 

22 commentaires:

  1. Bonjour et merci pour ces photos et pour les commentaires qui s'y rapportent. On apprend beaucoup et j'aime ça.
    Beau dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Moun (ma fille m'appelle souvent "ma moune" ); je dois avouer que dans la circonstance, j'apprends en même temps que vous mes amis ! Et, moi aussi, j'aime ça !
      Belle fin de journée.

      Supprimer
  2. Bonjour Dzovinar.
    Tu penses bien que ta photo de cette magnifique fontaine ne peut que m'enchanter.
    Je ne connaissais pas ce texte de Yann mais je connais très bien l'histoire des chevaux car l'équitation fut longtemps ma passion et même mon métier.
    C'est un très beau billet pour moi.
    Gros bisous et belle fin de ournée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont nos intérêts souvent divers, parfois identiques, qui nous rassemblent - et c'est un grand plaisir !
      Gros bisous affectueuse Mireille !

      Supprimer
  3. Un fontaine monument qui rappelle bien l'importance de mettre de l'art dans nos vies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu soulignes très justement une réalité incontournable, pour beaucoup d'entre nous ; puisse-t-elle éclairer la vie de tous.
      Bises et bonne semaine.

      Supprimer
  4. Je n'ai pu m'empêcher d'aller chercher sur internet, et j'ai appris qu'elle est l’œuvre de Bartholdi, celui-là même qui a fait la statue de la liberté ! Et il se pourrait même que Gustave Eiffel ait travaillé sur l'armature ! Merci en tous cas pour cette découverte, je me suis instruite grâce à toi ce soir !
    Belle fin de journée !
    Bises
    Cathy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être assez curieuse pour nous éclairer sur l'artiste - ce que j'ai omis de faire (c'est rare, mais) - c'est bien l'avantage que nous avons entre autres de nous inviter les uns chez les autres !

      Bonne semaine !

      Bises

      Supprimer
  5. C'est une de mes fontaines préférées mais en ancien étudiant lyonnais, j'ai un peu de mal depuis qu'elle a été déplacée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien François, tu m'apprends aussi quelque chose !

      Merci les amis !

      Supprimer
  6. J'aime cette fontaine, et je ne me rends jamais à Lyon, sans aller lui rendre visite. Constater le travail de l'eau sur le métal et m'émerveiller à chaque fois de la force qui en émane!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ! Je n'avais pas mis de mots sur mes impressions, mais ce qui interpelle vraiment, c'est la puissance que dégage l'attelage ! Superbe !

      Supprimer
  7. elle est belle cette fontaine je ne connais toujours pas Lyon ! et j'ai encore une fois une semaine de retard
    bonne semaine Dzovinar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Josette ! Il n'y a pas d'obligation ! Chacun intervient comme il peut, quand il peut. C'est déjà beaucoup !
      Merci et bon wek end !

      Supprimer
  8. Cette fontaine me fait penser à celle que l'on peut voir à Bordeaux !!!
    Ah les chevaux !!! Ils ont longtemps entouré notre maison...
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  9. Ce devait être un bonheur que de les voir vivre !

    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Dzovinar. Tu es vraiment la reine des fontaines. Si je ne me trompe c'est toi qui nous avais présenté la fontaine des "Quatre sans cul" à Chambéry. J'aime beaucoup ces chevaux aussi. On a l'impression qu'ils vont s'enfuit en galopant. Ils sont évidemment beaucoup plus fougueux que les éléphants...;-)
    Bises à toi et bonne semaine

    RépondreSupprimer
  11. Je me demandais qui en ferait la remarque LOL !

    Me voici rassurée !

    Il y a eu aussi les fontaines à Aix en Provence !

    Bonne semaine "Oxygène" !

    RépondreSupprimer
  12. je ne connais pas du tout lyon, la ville semble très jolie je suis ravei de la découvrir à travers tes photos

    RépondreSupprimer
  13. Lyon est une grande ville. Je découvre de nouveaux quartiers au hasard de mes escapades. Il y en a beaucoup d'autres à visiter ...
    Merci d'être passée par là !
    A bientôt

    RépondreSupprimer

Un commentaire me fera toujours plaisir. Et même si vous n'avez pas de blog, en choisissant "anonyme" vous pouvez poster un message et le signer.