dimanche 23 septembre 2012

La photo de la semaine (7)

Servi tout chaud !
(c'était hier)
 Un instrument 
inscrit au patrimoine Culturel immatériel
de l'humanité 

le Duduk arménien ou
la musique de l'âme

Mis à l'honneur à l'exposition de facteurs d'instruments
anciens et modernes de Céret (P.O.)




13 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le son feutré de cet instrument. Merci d'avoir mis le lien sur la vidéo et bonne semaine à toi.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Amartia. Cette semaine va se passer à Paris, chez ma fille, alors, elle sera forcément bonne ! A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Très beau son, morceau particulièrement émouvant sur cette vidéo. La collection instrumentale du Musée du Palais Lascaris est par son importance la deuxième de France avec environ 500 instruments. Elle a pour origine la collection réunie au XIXème siècle par Antoine Gautier (1825-1904), riche notable niçois et musicien amateur éclairé qu’il légua à la ville de Nice. Enrichie sans cesse par la suite, cette collection est majoritairement constituée d’instruments de musique européenne qui s’échelonnent de la saqueboute de Schnitzer (Nuremberg, 1581) au saxophone Grafton (Londres, c. 1960). A Nice, au Palais Lascaris dans l’exposition permanente sont surtout présentés des instruments fabriqués avant 1800, en parfaite harmonie avec le cadre du palais : un rare ensemble de guitares baroques (notamment celles de Voboam et Tesler), des luths, des violes (dont celle de William Turner, fabriquée en 1652 et souvent jouée en concert dans le salon du palais) et la rarissime flûte à bec de Denner. Mais je n'y ai pas vu de duduk, un manque à combler !

    RépondreSupprimer
  4. Merci François pour toutes ces informations ! Si je vais un de ces jours à Nice, je ferai un tour au musée pour admirer cette collection ; si cela arrive un jour où a lieu un concert, ce sera la cerise sur le gâteau !

    Amicalement et encore merci.

    RépondreSupprimer
  5. Bel instrument, et l'occasion de le découvrir !... Merci. Et bravo à François pour toutes ces précisions.
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il gagne vraiment à être connu. Mais c'est l'instrument de la douleur.

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup ce son si particulier qui me fait envie de connaître mieux ce pays....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne pouviez me faire davantage plaisir

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  7. Jolie découverte, un son très proche de la voix humaine! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très souvent ce que l'on dit à propos de la sonorité du Duduk. Très amicalement, Dzovinar

      Supprimer
  8. Je connaissais cet instrument pour l'avoir entendu aux obsèques du papa de mes amis. Je t'avais parlé l'autre jour de ces amis arméniens et de leur mariage.
    Ce jour là toujours dans la même église arménienne du Prado à Marseille c'était un deuil et un groupe composé de 5 musiciens dont 2 avaient un Duduk jouaient de la musique traditionnelle. J'ai mieux compris ce jour là l'âme arménienne.
    Pour le commentaire de François je confirme si il y a quelque chose à ne pas manquer à Nice c'est bien le Palais Lascaris.
    Bisous et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour comprendre un peuple c'est en effet en partageant ses joies et ses peines qu'on peut y parvenir le mieux.

      Nice est inscrit dans mes tablettes ... Un de ces jours ...
      Bisous Mireille et bonne semaine.
      Dzovinar

      Supprimer

Un commentaire me fera toujours plaisir. Et même si vous n'avez pas de blog, en choisissant "anonyme" vous pouvez poster un message et le signer.